Review n°2 : La cantatrice chauve suivi de La leçon par Eugène Ionesco

24 mai

Review n°2 : La cantatrice chauve suivi de La leçon par Eugène Ionesco dans Comique 887257644

 

Review n°2 : La cantatrice chauve suivi de la leçon de Eugène Ionesco.

Synopsis : Mme SMITH : Tiens, il est neuf heures. Nous avons mangé de la soupe, du poisson, des pommes de terre au lard, de la salade anglaise. Les enfants ont bu de l’eau anglaise. Nous avons bien mangé, ce soir. C’est parce que nous habitons dans les environs de Londres et que notre nom est Smith…

 

Critique : Alors, que dire ? Je ne sais pas, je n’avais pas d’attente particulière à propos de ce livre et au final, je me suis retrouvé déçu tout de même. Je sais bien que c’est de l’absurde, que si c’est le bordel c’est complètement normal. Mais là c’est juste dur de lire ça. Il n’y a aucun fil directeur, l’histoire part dans tout les sens, les personnages n’ont aucun charisme et on s’ennuie à mourir.

Bon, tout d’abord je vais commencer par le point positif du livre qui ne m’a pas fait lui mettre un 0/20. C’est drôle. Certaines situations sont très drôle, surtout dans la Cantatrice Chauve, c’est assez rare que je me retrouve à rire autant devant des situations aussi stupide. Je suppose que c’est l’effet recherché par ce genre de livre. Mais ce sera le seul point positif que je trouverai à ce livre.

Mais ensuite, le GROS point négatif de cette œuvre c’est La Leçon. Cette pièce entière est un point négatif, à tel point que j’aurais préféré n’avoir à lire que La cantatrice chauve. Mais bon, je me suis dit que ça ne pouvait pas être aussi nul tout le temps alors j’ai continué. Quelle erreur. C’est juste totalement ennuyant. Je me suis surpris à même sauter des pages. Les personnages sont mous, ils n’ont pas de charisme, aucune identité.

Pour finir, l’humour est un point positif, autant qu’un point négatif. En effet, je me suis surpris à rire, comme je l’explique dans mon premier point. Mais à un moment, c’est un peu lourd quand même. Certes c’est de l’absurde. Mais je pense qu’un équilibre entre humour et histoire serait idéal pour ne pas perdre le lecteur. Là j’avais l’impression de lire une histoire écrite par un enfant et qui s’amuse à dire « pipi, caca » à tout moment. L’humour c’est bien, en trop grande quantité, c’est nul.

Pour conclure, je sais très bien qu’il y a des messages « cachés » tout au long du roman. Ionesco était un grand auteur, il ne pouvait pas nous pondre ça sans arrière pensée. Mais je suis vraiment déçu de cette lecture. Du caractère trop étouffant du livre et de son manque de fond.

 

Note personnelle : 9/20

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

The dream of a witch |
Laprincessereveuse |
Les histoires d'Astraia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lemiroirdelorient
| Les années Plaisirs Equestres
| Palette poétique